Gazette Novembre 2018

Gazette Novembre 2018

Les déchets en Ile-de-France

Les ordures ménagères résiduelles, le tout-venant, constituent aujourd’hui 85% des ordures ménagères et assimilées. A l’inverse 15% de nos ordures sont donc triées. C’est évidemment peu, nous avons encore beaucoup d’efforts devant nous pour mieux orienter l’ensemble de nos déchets.

Mais où vont donc ces ordures résiduelles ? En Ile-de-France elles sont majoritairement incinérées, seuls 6% sont enfouis. On imagine à tort qu’une fois incinérées elles disparaissent sans laisser de traces : l’incinération génère chaque année en France de l’ordre de 400000 tonnes de résidus dangereux, qui eux doivent être enfouis dans des installations adaptées.

Le cas des emballages

Une partie conséquente de nos déchets résiduels est constituée d’emballages. Il y a tout d’abord les emballages plastiques. Ce plastique, nous pensons qu’il sera intégralement recyclé lorsque nous aurons fait l’effort de le trier, mais pour des raisons essentiellement techniques seul un cinquième du plastique recyclé sera réincorporé dans la fabrication de plastique neuf, soit 6% de la totalité.

Et le plastique biodégradable, que faut-il en penser ?

Ce plastique répond lui à des normes, qui fréquemment exigent qu’il soit dégradé une fois introduit dans un composteur industriel. Mais les conditions de température, de l’ordre de 70°C, y sont là bien supérieures à celles rencontrées dans la nature ou même dans un composteur individuel. Résultat : ce plastique « biodégradable » n’est pas dégradé. Le papier reste encore l’emballage le plus commode puisqu’il se recycle jusqu’à 5 à 7 fois et reste non nocif pour l’environnement. Encore faut-il qu’il ne soit pas plastifié comme les emballages des fromages, viandes et charcuterie, dont le recyclage n’est pas assuré par la plupart des industries de recyclage.

Les emballages réutilisables

Quels emballages réutilisables choisir ?

On retrouve évidemment les boîtes en plastique alimentaire, légères, hermétiques, facilement utilisables pour la viande, le fromage, la crème, la charcuterie, le poisson, les plats préparés, les olives … Et il y a naturellement les pots et boîtes en verre dans lesquels on peut transvaser pour les stocker les aliments achetés dans les boîtes en plastique. Certains préféreront même les apporter directement chez les commerçants afin de supprimer l’intermédiaire en plastique. Quant au pain et aux fruits et légumes, dans la plupart des cas des sacs à vrac en tissu font parfaitement l’affaire. Les boîtes en plastique pourront avantageusement être utilisées pour les pâtisseries ou encore certains fruits fragiles. Tous ces emballages doivent bien sûr être propres.

Oui la démarche n’est pas facile, elle demande de la préparation et de l’organisation et la transition n’est pas immédiate. Mais une fois le premier pas franchi elle nous apporte la satisfaction d’être acteur, d’agir utilement pour notre planète, en faisant un pied de nez au plastique jetable qui nous envahit, au point que certaines marques se vantent de leurs doubles emballages.

La semaine de la réduction des déchets
(17-25 novembre 2018)

A l’occasion de la semaine de la réduction des déchets le Collectif Zéro Déchet de Robinson animera un stand au marché les dimanche 18, vendredi 23 et dimanche 25 novembre. Vous y trouverez informations et conseils sur le zéro déchet, des exemples de contenants réutilisables simples d’utilisation, et nous accueillerons avec plaisir vos suggestions et votre retour d’expérience. Un quizz sur les déchets sera également proposé, pour jeunes et moins jeunes.

Commentaires

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cette article!

Réagissez